Ai-je le droit de changer le pot d’échappement de mon deux-roues ?

grey

Changer le pot d’échappement d’une moto ou d’un scooter peut apporter à l’engin un look et une sonorité personnalisés. Mais pour éviter les sanctions, encore faut-il le faire dans les règles !

Gare au niveau de décibels

Utiliser un pot d’échappement inadapté peut, évidemment, endommager le moteur de votre deux-roues. Mais il ne s’agit pas du seul point sur lequel les usagers devront se montrer vigilants : les niveaux sonores s’avèrent également déterminants. En effet, au-delà d’un certain seuil de décibels, les forces de l’ordre pourront vous verbaliser. En effet, les véhicules à moteur ne doivent pas émettre de bruits susceptibles de causer une gêne aux usagers de la route ou aux riverains. Les acheteurs d’un nouveau pot d’échappement auront donc tout intérêt à vérifier sa conformité aux normes en vigueur. Le réducteur de bruit devra être en bon état de fonctionnement et compatible avec le deux-roues (référez-vous aux éléments inscrits sur la plaque constructeur).

Pot d’échappement non-homologué : les sanctions !

Toute opération visant la suppression ou la réduction du dispositif d’échappement est interdite et fait donc l’objet de sanctions. Les contrevenants qui se feraient arrêter sur le bord de la route pour nuisance sonore risquent l’immobilisation de leur véhicule, mais aussi une amende de 68 € (majorée à 450 € en cas de non-paiement). Les usagers de pot d’échappement défectueux devront, quant à eux, présenter leur moto à un service de contrôle technique. L‘utilisation d’un dispositif non-homologué ou modifié peut être sanctionnée d’une amende de 1 500 € maximum. En cas d’accrochage, votre assureur pourra de son côté considérer que vous avez fait une fausse déclaration lors de la souscription de votre assurance.

 

Limites sonores autorisées pour les deux rouesLa limite sonore autorisée pour les deux-roues tient compte de la puissance du moteur du véhicule lors d’une utilisation à l‘arrêt et en marche (mais pas en sur-régime).

  • Cyclomoteur dont la vitesse maximum est inférieure ou égale à 25 km/h : 66 décibels.
  • Cyclomoteur dont la vitesse maximum est supérieure à 25 km/h : 71 dB.
  • Motocycle d’une cylindrée entre 50 et 80 cm3 : 75 dB.
  • Motocycle d’une cylindrée entre 80 jusqu’à 175 cm3 : 77 dB.
  • Motocycle d’une cylindrée supérieure à 175 cm3 : 80 dB.

Source : Centre d’information et de documentation sur le Bruit.